Vous avez chargé, via un moteur de recherche, une page isolée, hors du contexte de GraffitiX.
Si vous souhaitez la voir dans le cadre du site entier, cliquez sur le lien ci-dessous :
http://www.graffitix.fr/index.php?pg=GNews&id=3270
La même page sera rechargée dans le cadre du site, avec ses menus et ses autres rubriques.

Dimanche 21 octobre à 03:08


Pourquoi ?   

Du 11 déc 2017 au 6 fév 2018

G et D : News préc. & suiv.
Central : News actuelles
Mois :           Année :          
    
  

Rechercher :
 
 dans : 
   sur : 
 
 OU  ET 
 
Aide


CADAVRE EXQUIS DU MOMENT

Le combat exquis scrute les chats lugubres sur les fleuves intrépides.


VOS COMMENTAIRES...

Si, en lisant ces news, vous souhaitez dire un mot ou lire les commentaires dans les FORUMS, il suffit d'être enregistré (c'est simple). La lecture reste ouverte à tous. Pour aller directement vous inscrire...


DOSSIER MUSIQUE

Le dossier GarageBand et le démarrage du dossier Logic.


MA MUSIQUE

Si vous voulez écouter quelques unes de mes créations et reprises musicales, c'est par ici ou bien via l'article Ser. Jokers dans la partie Zique du menu général de GraffitiX.


LE MAC & LE PALM

Des informations sur cette page (OS X) ou bien cette page (OS classique).


HOTLINE...

Quand Microsoft fabriquera des clous, est-ce que ça ne plantera plus ?

Quand la nourriture pour chien est nouvelle avec un goût amélioré, qui l'a testé ?

Pourquoi les Kamikazes portaient-ils un casque ?

D'où vient l'idée de stériliser l'aiguille qui va servir une injection létale a un condamné à mort ?

En cas de guerre nucléaire... l'électromagnétisme produit par les bombes thermonucléaires pourrait-il endommager mes cassettes vidéo ?

Pourquoi ce couillon de Noé n'a-t-il pas écrasé le couple de moustiques ?

Quel est le synonyme de synonyme ?

Pourquoi n'y a-t-il pas de nourriture pour chat avec goût de souris ?

Si rien ne se colle au Téflon, comment l'a-t-on collé a la poêle ?

Pourquoi les ballerines marchent-elles toujours sur la pointe des pieds ? Ne serait-il pas plus simple d'embaucher des ballerines plus grandes ?

Je veux acheter un boomerang neuf. Comment puis-je me débarrasser du vieux ?

Pourquoi les établissements ouverts 24 heures sur 24 ont-ils des serrures ?

Pourquoi ne fabrique-t-on pas les avions avec le même matériau qu'on utilise pour les caisses noires des avions ?

Si un mot est mal écrit dans le dictionnaire, comment peut-on faire pour le savoir ?

Pourquoi est-ce qu'on appuie plus fort sur les touches de la télécommande quand ses piles sont presque à plat ?

Pourquoi dit-on que Superman est intelligent, alors qu'il met son slip par dessus son pantalon ?

Les 20 dernières News en vue optimisée pour iPhone, iPod Touch et iPad ? C'est sur www.graffitix.fr/m.

     
 

 Mardi 6 février 2018



21:40

Il y a un peu plus d'un an j'avais recherché une bonne solution de clé hybride, c'est-à-dire disposant d'une prise USB et d'une prise Lightning. J'avais alors écrit ce petit article rapide, mais je m'étais plutôt concentré sur les fonctionnalités et commodités des applications qui gèrent ces clés, sans faire attention au format...

En ce qui concerne les formats de clés USB ou de disques durs dont veut conserver la compatibilité avec tous les systèmes, j'en étais resté à FAT16 qu'on peut oublier, FAT32 plus rapide mais limité à une taille maximum de 4 Go par fichier et, si on devait stocker des plus gros fichiers, NTFS oblige. Et il me semble que, si le Mac peut aujourd'hui lire des volumes formatés NTFS, il faut passer par des outils comme Paragon NTFS ou FUSE.

Or, parmi ces 3 clés et un petit lecteur de cartes SD et micro SD, également USB et Lightning, il se trouve qu'il y en a une qui n'est pas en FAT32 mais en ExFAT. Et j'avoue que c'est une découverte. Mais, comme mon cerveau fonctionne encore un peu, je subodore un formatage plus intéressant que le FAT32 et dont je ne connaissais pas l'existence.

Eh bien il se trouve que le format ExFAT permet effectivement des tailles de volumes et de fichiers bien plus importantes. Alors j'ai immédiatement essayé en copiant sur la clé ExFAT une vidéo de 5 Go qui a ensuite été lue sans problème par l'application iUSB Pro qui gère la clé Gmyle.

Mieux encore, puisque Utilitaire de Disque est capable de formater en ExFAT, j'ai tenté de reformater ma clé SanDisk. Donc direction Effacer, ExFAT pour le format et "Enregistrement de démarrage principal" comme schéma, et c'est parti. Avec succès.

Ensuite je copie la même vidéo sur la clé, je l'insère sur un iPad ou un iPhone, et aucun souci. Et la lecture de la vidéo se fera aussi sans aucun accroc. Une vidéo de 6,5 Go posera problème sur la SanDisk mais c'est parce que l'application ne supporte pas certains formats audio et vidéo. Alors que l'application iUSB Pro n'a pas de problème pour lire la vidéo sur la clé Gmyle. Le problème n'est donc que purement logiciel, le format ExFAT est compatible avec les deux clés.

Après, il est possible que le NTFS présente d'autres avantages mais j'avoue ne pas être très tenté pour en faire l'exploration assidue. Jusqu'à présent j'ai surtout regretté de ne pas pouvoir stocker des fichiers de plus de 4 Go sur les clés USB. Et, pour les gens qui avaient besoin de gérer de gros fichiers sur plusieurs plates-formes, ce n'était pas évident de leur expliquer comment utiliser FUSE. Au contraire, la solution ExFAT reste simple d'accès, entièrement gérée sur Mac (formatage, lecture et écriture) et très intuitive tout en pouvant assurer le support de très gros fichiers.

Après avoir cherché de plus amples informations, il apparaît que l'ExFAT est utilisé depuis 2006, essentiellement pour des clés et des disques externes. Pourtant je n'en avais jamais entendu parler, et je crois que pas grand monde autour de moi n'évoque ce format. D'ailleurs, si j'achetais dix clés de 64 Go et si je vérifiais leur format, combien seraient en ExFAT et combien seraient en FAT32 ? Je parie pour un 0 contre 10. C'est quand même curieux.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




19:10

Il y a quelque temps j'ai eu le sentiment que, lorsqu'on utilisait Spotlight iOS pour trouver une application, l'écran de recherche et suggestions n'affichait plus le dossier dans lequel cette application était éventuellement rangée, comme il le faisait par le passé. Mais je me suis trompé, c'est en fait l'affichage qui a changé, ce qui fait que cette information peut être plus difficile à obtenir.

Avec les versions actuelles d'iOS, il se trouve que j'ai souvent retrouvé des applications, justement pour savoir dans quel dossier elles étaient rangées mais, depuis, j'ai compris pourquoi j'avais échoué : c'était parce que le texte saisi pour la recherche n'était pas suffisamment précis pour ne trouver qu'une seule application. Dès que deux applications sont trouvées, leur dossier n'est pas indiqué.

Il faut donc s'arranger pour que la recherche ne trouve qu'une seule application pour que son dossier soit indiqué. Si l'application ne se trouve pas dans un dossier mais directement sur une des pages d'accueil, rien ne sera indiqué.

Je crois me souvenir que d'autres versions d'iOS affichaient les dossiers hôtes même quand plusieurs applications étaient trouvées, mais je ne l'affirmerai pas. Cela dit, ça n'a pas une grande importance parce qu'Apple a équipé les appareils iOS d'un nouvel outil malheureusement peu employé et qui pourrait sans difficulté ni casse-tête d'affichage donner cette information. Il s'agit de Touch 3D qui affiche des options quand on appuie un peu plus fort, et il suffirait d'appuyer sur une application trouvée pour afficher son emplacement dans un petit menu contextuel.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Lundi 5 février 2018



22:14

Oui, je m'aperçois que je ne l'avais pas précisé, mais mon nouvel iPad est bien un iPad Pro, et j'y ai ajouté le clavier dédié et le "Pencil". Toutes mes applications sont rangées, j'avoue que ça m'a occasionné du boulot, et c'est là que j'ai regretté qu'iTunes n'ait pas d'option pour forcer l'organisation précédente à être reproduite sur le nouveau. Mon iPhone 6s avait pourtant hérité de l'organisation du 5s sans problème, tout comme l'iPad Air 2 avait hérité de l'organisation de l'iPad 1.

Le rangement des applications a été d'autant plus compliqué que toutes les applications ne figuraient pas sur le nouvel appareil. En conséquence, j'ai dû un grand nombre de fois explorer plusieurs écrans pour voir si l'application était absente ou si elle était perdue sur un autre écran lointain. Et, dans le cas où elle était absente, cela ne signifiait pas forcément qu'elle n'était plus compatible (vous savez, le message "xxx doit être mis à jour..."). Dans plusieurs cas elle n'était plus sur l'App Store mais elle pouvait être ajoutée depuis iTunes.

Ce qui est curieux c'est que, si beaucoup d'apps sont refusées sous iOS 11 (les apps qui ne sont pas en 64 bits je suppose) certaines apps sont maintenues contre toute attente, alors qu'elles ne sont pas optimisées pour iPad. Par exemple Blagues - Drôles de blagues est ouverte en 2x ou 1x, comme toutes les apps qui ne sont pas optimisées pour iPad. Ce qui est surprenant c'est que la dernière mise à jour de cette app, de surcroît non optimisée, date de septembre 2015 et on imagine difficilement sa compatibilité avec iOS 11 alors que d'autres, pourtant plus modernes, n'ont pas passé le cap.

L'iPad Pro est cellulaire (j'avais déjà un forfait iPad) et j'avais oublié la perturbation constante d'un appareil qui cherche le réseau à un endroit mal couvert (eh oui, pourtant très proche de la Mairie du 11e arrondissement à paris, on peut quand même être dans un recoin mal couvert). Mais ça n'a pas duré trop longtemps car le sensationnel Femtocell qu'Orange m'avait offert pour compenser cette perturbation très désagréable accepte, en plus de mon iPhone, jusqu'à 8 numéros pouvant en bénéficier. Donc voilà un truc réglé.

Même si l'iPad Pro, comme les autres appareils iOS, accepte divers claviers Bluetooth, comme le sympathique Novodio UltraSlim ou même le clavier Bluetooth fourni avec les iMacs, Apple propose un clavier qui sert aussi de protection, et c'est assez réussi. Pour travailler allongé sur un lit, un clavier séparé peut être plus pratique mais, sinon, le clavier qu'on peut laisser aimanté sur l'iPad et qui est intégré à une protection qui a encore une troisième position pour le visionnage est plutôt bien, même si quelques leds auraient été bien venues.

Par ailleurs, j'ai tenté d'alterner, dans Notes le dessin, l'écriture manuscrite et l'écriture au clavier sur une même page et le clavier Novodio a produit des effets étranges (effacement d'une partie de dessin) là où le clavier Apple n'a rien perturbé. Cela dit, j'ai tenté de reproduire la perturbation mais sans succès.

Je regrette un peu que la taille de l'écran ne permette pas plus d'icônes sur les écrans d'accueil. C'est tout de même curieux de n'avoir que 20 icônes hors dock sur un écran de 12,9 alors que, sur l'écran 4,7 de mon iPhone 6s, j'en ai 24. Quant au Dock, il acceptera jusqu'à 15 apps permanentes (contre 13 sur l'iPad Air 2).

Par contre, les applications bénéficient de la grande taille d'écran. Garageband, par exemple, est plus confortable.

D'ailleurs GarageBand bénéficie de 2 fonctionnalités supplémentaires sur l'iPad Pro. D'abord, on s'en doute, les 4 hauts-parleurs améliorent nettement la qualité du son. Même si ça ne rend pas inutile le passage par de vraies écoutes chaque fois qu'on peut, on sera content, en voyage par exemple, de ne pas être obligé de mettre ses écouteurs pour avoir un son décent. ensuite, ces hauts-parleurs suffisent pour respecter la vélocité du toucher sur le clavier virtuel. J'ai comparé avec l'iPad Air 2 et, sur celui-ci, ce n'est qu'en connectant des écouteurs (mini-jack ou Lightning) qu'on perçoit les différences de vélocité, à l'oreille comme sur les vu-mètres du volume général. Tandis que, sur l'iPad Pro, on entend et on voit nettement ces variations de vélocité sans qu'il soit nécessaire de connecter des écouteurs.

Le "Pencil" est remarquable. Il paraît trop grand mais, dès qu'on le manipule sa taille aide à dessiner ou écrire de façon très précise, et on obtiendra des résultats intéressants qu'on le tienne loin de la pointe, comme un pinceau, ou bien près de la pointe, comme un stylo. Ce qui est très appréciable c'est que très vite on ressent ce que la main communique à l'écran via ce petit appareil, on aurait presque l'impression de dessiner au crayon ou au pinceau sur du papier.

Mais j'ai eu un mal de chien à le mettre en œuvre la première fois. Peut-être que la marche à suivre est indiquée quelque part sur la pseudo-notice (écrite en caractères très pâles) fournie dans la boîte mais ça doit être bien caché, et on est très loin de ce qu'Apple semble vouloir depuis toujours pour une expérience utilisateur limpide. Il a fallu que je cherche sur Internet et il y avait bien une page Apple qui précisait qu'il fallait connecter le Pencil sur la prise Lightning afin de le jumeler dans Réglages > Bluetooth. Ouf ! D'ailleurs je sais par la même occasion qu'il faut refaire cette petite opération chaque fois qu'on a éteint et redémarré l'iPad.

Ensuite le Pencil servira non seulement à dessiner mais on peut aussi l'utiliser à la place du doigt dans plein d'opérations de navigation, ou bien pour ouvrir une application, ou encore modifier un réglage... Son système de recharge est futé. Il a une prise Lightning mâle qui permet une recharge partielle rapide dans le port Lightning de l'iPad, mais un adaptateur femelle - femelle est également fourni pour le charger avec un câble Lighting standard via USB ou chargeur secteur. Quand faut-il le recharger ? Il suffit d'aller voir son état de charge dans la partie Widgets du Centre de notifications.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Samedi 3 février 2018



22:38

Je le reconnais, le titre semble un peu bizarre, pourtant je n'ai pas trouvé mieux. Aujourd'hui j'ai changé d'iPad, dans la joie mais aussi dans la douleur. En effet je n'ai pas eu la chance de retrouver tout mon rangement d'applications. Mais je m'en sors petit à petit. J'ai vite remarqué un autre souci : malgré la récupération en direct des données de l'ancien iPad et la restauration depuis la sauvegarde, impossible d'avoir plus de 300 mails (contre 10000 sur l'ancien iPad et sur l'iPhone. Mais une manipulation a eu un effet bénéfique inattendu.

Je suis allé dans Réglages, mais sans trouver d'option sur la quantité de mails à conserver. Mon compte mail iCloud est forcément en IMAP donc il est évident que tous les messages sont conservés. Mais seulement 250 messages pour mon compte Noos (en POP) c'est un peu léger si je devais retrouver un mail important en n'étant pas à portée de Mac. C'est alors que, pensant que cela pouvait peut-être synchroniser les données récupérées par Mail macOS et iOS, je suis allé dans Réglages > Identifiant > iCloud et j'ai désactivé iCloud pour Mail. Retournant dans Mail, j'ai vu que tous les dossiers du compte mail iCloud n'étaient plus là.

J'ai réactivé Mail dans iCloud et j'ai eu la bonne surprise de voir que Mail récupérait 250 mails de plus sur le compte Noos. J'ai recommencé plusieurs fois la désactivation et la réactivation jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'anciens messages à récupérer. Et je suis quand même arrivé à stocker 3300 messages.Ce qui signifie que j'ai maintenant plus de chances de retrouver un mail utile si besoin est.

Donc je résume : sur l'appareil iOS restauré qui ne retrouve quasiment aucun mail, aller dans Réglages > Identifiant > iCloud, puis désactiver et réactiver iCloud pour Mail, et cela jusqu'à ce que la relève de courrier ne ramène plus rien.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Lundi 29 janvier 2018



13:54

Je pense que vous le trouverez facilement, et il y a belle lurette que j'ai plus de stratégie pour que les gens cliquent sur un lien qui rapporte des miettes. Ce jeu, sur iOS, est le quatrième volet de la série The Room, dont les énigmes ont une qualité rappelant presque celles de Myst. N'hésitons d'ailleurs pas, au passage, à citer un jeu dont l'esprit était très proche, The House of Da Vinci (très réussi également).

Chaque volet de The Room reprend la même atmosphère mais constitue une aventure indépendante de celles des autres volets. Et ce quatrième volet, après une brève introduction contenant deux où trois énigmes simples pour se mettre en train, présente une maison de poupée que vous allez explorer au fur et à mesure que les pièces se dévoilent, afin d'y résoudre des énigmes souvent très imbriquées (c'est-à-dire que la résolution d'une énigme peut modifier l'architecture générale ou vous dévoiler un objet qui permettra de progresser dans une énigme suivante, ou bien une énigme sur laquelle vous aviez séché).

C'est très bien fait, c'est certainement un des meilleurs du genre sur l'App Store et par conséquent le prix dérisoire de 5,49 € est plus que raisonnable. Vous pouvez utiliser jusqu'à trois profils en même temps et, fonction très intéressante, si vous avez installé le jeu sur plusieurs appareils iOS, ces profils sont partagés, c'est-à dire que vous pourrez continuer le jeu sur un appareil en partant de là où vous l'aviez laissé sur un autre appareil. Sympa quand vous préférez jouer sur un iPad en intérieur tout en pouvant poursuivre vos explorations sur un iPhone quand vous êtes en déplacement.

Pour l'instant je n'ai eu à déplorer que le fait de m'être retrouvé dans une impasse inexplicable dans le jardin, avec l'énigme des demi-têtes impossible à résoudre parce que je me retrouvais avec 5 demi-têtes au lieu de 6 et je ne pouvais rien faire sur une des colonnes. J'ai vérifié sur les "soluces" filmées et je n'ai rien vu qui conduit à la disparition d'une de ces demi-têtes. J'ai donc créé un second profil pour reprendre toute la progression mais, cette fois, j'ai pu résoudre cette énigme puisque j'avais bien les 6 demi-têtes et je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé dans la progression du premier profil puisque ce souci n'est évoqué nulle part.

C'est le seul truc qui m'a vraiment gêné. En fait non, il y en a un autre, certes de moindre importance : les "conseils" facilitent parfois un peu trop la résolution de certaines énigmes. Oui, c'est vrai qu'ils peuvent être désactivés mais, même si les énigmes ne jonglent pas avec les associations les plus farfelues (comme dans certains jeux d'aventure) et restent très logiques, l'absence de conseils en rendra certaines très compliquées. Les conseils sont agréables pour progresser dans le jeu mais il me semble qu'ils le facilitaient un peu moins dans les autres volets.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Samedi 27 janvier 2018



21:53

Il s'agira naturellement d'une opération qu'on fera sur Mac et non sur iPhone. Car, si l'iPhone dispose d'outils pour exporter, aucun export n'est possible depuis son app Messages. Donc nous allons déjà voir comment voir ces messages sur Mac. Ce qui est également intéressant, sur Mac, c'est que l'opération d'impression peut aisément se faire vers un fichier PDF, et les deux solutions évoquées plus bas produisent un PDF respectant la représentation graphique (les bulles) mais aussi contenant du texte qu'on pourra sélectionner, copier...

La solution la plus naturelle est évidemment Messages sur Mac. Elle suppose que l'app ait un compte iMessage (mêmes identifiants qu'iTunes, App Store, iCloud et la page d'ID Apple) et je crois me souvenir que c'est sur l'iPhone (Réglages > Messages) qu'il faut déjà autoriser d'autres appareils, dont le Mac, pour le Transfert des SMS. Sur les appareils iOS, l'option iMessage doit aussi être activée. La liste des adresses peut être mise à jour sur la page de l'ID Apple.

Si l'app Messages Mac est correctement synchronisée, tous les SMS émis et reçus sur l'iPhone s'y trouvent également. De plus vous pouvez très bien écrire des SMS depuis le Mac, ils seront transmis par la connexion iPhone qui convient (4G ou Wi-Fi). Et ils figureront dans l'app Messages sur iPhone et sur d'autres appareils iOS.

Après cette longue introduction qui vise aussi à aider à la mise en œuvre de cette commodité de Messages (et sa raison d'être utilisée car, sous High Sierra, seuls les comptes iMessage sont gérés, et on peut dire qu'iChat est maintenant très très loin), comment fait-on pour imprimer ? Le plus simplement du monde, en choisissant une conversation puis le raccourci standard Commande + P (ou bien Menu Fichier > Imprimer. Il y a tout de même une précaution à prendre  : s'il s'agit d'une conversation SMS qui est effective depuis longtemps, des années par exemple, la fenêtre n'affichera peut-être que les messages les plus récents. Il faudra alors éventuellement faire défiler pour que, petit à petit, d'autres messages précédents s'ajoutent à l'affichage. Hormis cette opération qui peut demander un peu de patience, l'impression sur papier ou PDF reste simplissime.

Une deuxième solution utilise des applications tierces comme PhoneView ou iMazing. Pour ma part je n'ai pas testé iMazing et je n'utilise que PhoneView. Lui aussi archive les SMS, les affiche dans leurs bulles et leur couleur (bleu quand c'est géré par iMessage, vert sinon) et, une fois sélectionnée une conversation, il suffit de cliquer sur le bouton Print Selection (l'application reste en anglais) pour lancer la procédure d'impression.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Vendredi 26 janvier 2018



10:32

Cette mise à jour de Logic est importante. Outre des améliorations qui pourraient sembler mineures mais ne le sont pas tant que ça,

Déjà, elle ajoute beaucoup de contenu, comme deux nouveaux drummers, deux batteries jazz vintage, de nouveaux presets d'Alchemy et 800 nouvelles boucles. Ensuite la collection de modules d'instruments et d'effets s'agrandit avec Studio Strings, Studio Horns, ChromaVerb, Vintage EQ, Step et Phat FX. Mellotron devient un instrument à part et Retro Synth se voit doté de 18 modèles de filtrage.

Parmi les fonctions supplémentaires, certaines ne sont pas superflues comme l'annulation qui concerne aussi maintenant les réglages dans la table de mixage et les modules.

Mais le clou de la soirée sera assurément Smart Tempo (détection de tempo avancée) qui peut, d'une part, donner au projet le tempo d'un fichier audio importé ou d'une performance enregistrée ou, d'autre part, faire l'inverse, à savoir prendre un fichier audio et lui faire suivre automatiquement le tempo du projet.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Mardi 23 janvier 2018



21:09

Je fais partie des gens qui utilisent ce qu'on appelle une interface audio (dans le monde PC, on persiste à appeler ça une "carte son"même quand ce n'est pas une carte enfichée dans un slot PCI mais plutôt un boîtier externe qu'aujourd'hui on connecte par FireWire, USB ou Thnderbolt. Mais là n'est pas la question). Cette interface audio n'est pas là pour faire joli, c'est la solution pour disposer d'une certaine souplesse d'entrées et sorties, et c'est indispensable dès qu'on pratique la musique, (éventuellement la vidéo ou le podcast). Tout pourra être aux petits oignons, mais arrive un moment dans un tout autre domaine, et un truc ne va pas...

Quand une interface audio est installée, le module Son des Préférences Système la désigne généralement en entrée comme en sortie, et il y a d'ailleurs une époque où on ne pouvait pas faire autrement. Mais ça reste logique, c'est sur elle qu'arrivent mes micros XLR et mes préamplis (entrée) et c'est par elle que sort le son principal vers des monitors (sortie).

Mais je reçois un appel sur mon iPhone, et celui-ci est à proximité du Mac. Donc celui-ci s'agite, envoie une sonnerie et affiche une alerte qui affiche l'appel et me propose de répondre. Je clique sur cette option et... je suis coincé. J'entends mon interlocuteur via les enceintes, mais lui ne m'entend pas, parce que le micro interne de l'iMac n'est pas sélectionné pour FaceTime. Et, avant que j'ai le temps de chercher où ça se règle, il a déjà raccroché.

Heureusement, il n'est pas nécessaire de modifier quoi que ce soit dans Configuration audio et MIDI ou dans le module Son, autant laisser la configuration générale telle qu'elle est puisqu'elle est satisfaisante, alors que pour le cas particulier de FaceTime il suffira d'aller dans le menu Vidéo et de sélectionner, par exemple, le microphone interne comme microphone à utiliser.

D'ailleurs il y a des gens qui n'utilisent pas d'interface audio mais qui, spécialement pour FaceTime, Skype ou autres, utilisent un casque bluetooth ou USB tout en souhaitant conserver l'entrée et la sortie classique pour les autres activités. Dans le cas de FaceTime, ça se règle dans le menu vidéo. Dans un premier temps je m'étais dirigé naturellement vers les Préférences, et c'est certainement là qu'il faut aller pour d'autres applications.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Vendredi 19 janvier 2018



21:53

Comme vous le savez sans doute, les mails sur iOS peuvent être regroupés par sujet (donc par discussion), ce qui est pratique pour suivre un sujet dans une liste de discussion. Mais il arrive aussi qu'on ait suivi sur Mac un sujet dont les messages sont récupérés sur un compte POP. Sur l'iPhone, ces messages sont considérés comme non lus et on peut avoir besoin d'un moyen rapide de les déclarer lus afin de mieux repérer les nouveaux messages qui pourraient arriver ensuite.

On peut ouvrir la discussion et faire défiler les messages mais, surtout s'ils sont nombreux, ça peut vite être fastidieux, d'autant plus que vous savez qu'ils ont tous déjà été lus. On peut aussi ne pas toucher la discussion pour en voir le contenu mais plutôtGlisser la discussion vers la gauche, ce qui affichera ceci :

Le truc ici c'est qu'il faut choisir Options puis Marquer... puis Marquer comme lu, ce qui fait encore beaucoup d'opérations. Surtout qu'il y a moyen d'avoir beaucoup plus rapide.

Cette fois nous avons plutôt glissé vers la droite et, comme vous le voyez ci-dessus, nous avons ainsi dévoilé l'option qui nous intéresse, et un seul toucher supplémentaire suffira.

J'aime bien farfouiller sur les sites à la recherche de nouvelles astuces intéressantes, ou des pistes qui me permettent de construire des astuces en bossant un peu (personne n'invente tout de A à Z), mais j'avoue que j'aime bien aussi découvrir des choses tout seul, même si, comme ici, c'est un peu par hasard.

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)

 
     
     
 

 Jeudi 18 janvier 2018



17:06

Toutes les fonctions et tous les articles de menus des applications n'ont pas obligatoirement un équivalent clavier. Mais cela ne signifie pas que ce qui est dépourvu de raccourci ne peut pas en avoir un. En effet, depuis longtemps Mac OS X, puis macOS, offre la possibilité de définir des raccourcis personnels dans les Préférences Système.

Par exemple, il fut un temps où l'option Rechercher avec Google, qu'on invoque après avoir sélectionné un mot ou une expression sur une page web, disposait du raccourci Maj + Commande + L. Mais, aujourd'hui, ce raccourci est attribué à l'affichage ou au masquage de la barre latérale. Et, plutôt que chercher s'il existe un nouveau raccourci, il est plus simple d'en créer un.

Pour cela, allons dans Préférences Système > Clavier > Raccourcis, puis choisissons Raccourcis de l'application. Le reste est relativement simple, cliquer sur le bouton + permet d'ajouter un nouveau raccourci pour lequel il faut choisir "Toutes les applications" ou le nom d'une application particulière dans la liste (sachant que, tout en bas, il y a l'option Autre... pour le cas où l'application visée se trouve ailleurs que dans le dossier Applications, ou dans un sous-dossier). Ensuite il faut entrer le texte exact de la commande de menu (ou de menu contextuel) et, enfin, choisir une combinaison de touches.

Il est important de saisir l'intitulé exact de la commande, sinon cela ne fonctionnera pas (un peu comme quand on se trompe d'un seul caractère dans une adresse mail ou une URL) et de choisir un raccourci qui n'entrera pas en conflit avec d'autres (rappelez-vous pour cela que la touche Contrôle est rarement utilisée dans les raccourcis maison).

Dans l'exemple présent, attribuer le raccourci Contrôle + Commande + L à la commande Rechercher avec Google est très simple. Il y aura des rares cas où le même intitulé de commande peut se retrouver plusieurs fois. Imaginons, par exemple, qu'une commande Agrandir soit présente deux fois, une fois dans une section Texte et une autre fois dans une section Graphiques. Saisir Agrandir ne serait pas suffisant et il faudra plutôt entrer le chemin complet de la commande en utilisant un séparateur. Ce séparateur était ">" sous Mac OS X 10.7 et, depuis, on utilise "->".

Revenons à un exemple réel, la commande Commencer la lecture qui se trouve dans la section Parole du menu Édition. Même s'il n'y a pas de problème de doublon et si l'écriture du chemin complet n'est pas nécessaire pour cette commande, nous allons quand même l'utiliser afin de vérifier que ça fonctionne. Et nous saisirons, pour Safari :
Édition->Parole->Commencer la lecture et le raccourci Contrôle + Commande + C

Il suffit ensuite d'aller vérifier dans le menu Édition que le nouveau raccourci y figure. Donc rien d'insurmontable dans ces opérations qui peuvent rendre service. Encore faut-il qu'elles soient pertinentes. Inutile en effet de mettre des raccourcis partout si le besoin n'est pas réel.

Dans le cas de Rechercher avec Google, par exemple, le raccourci est loin d'être indispensable. En effet, c'est une commande qui agit sur une sélection effectuée dans une page web de Safari. A priori, cette sélection sera quasiment toujours effectuée avec la souris, auquel cas l'utilisation du clic droit pour atteindre la commande est plus logique que lâcher la souris et se précipiter sur le clavier.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




13:19

Qu'elles soient fournies avec le système ou rendues disponibles par l'installation de certaines applications, les extensions peuvent se montrer plus ou moins utiles. Certaines donneront l'impression de faire double emploi avec les services, d'autres activent l'intégration avec le Finder (on comprend bien le fonctionnement avec Dropbox mais beaucoup moins l'intérêt du mini-menu GraphicConverter sur la barre des fenêtres du Finder).

Dans Préférences Système > Extensions, certaines actions particulières comme les Modifications de photos sont, je trouve, plutôt difficiles à comprendre. Sur le papier elles sont plutôt claires, par exemple Affinity Liquify laisse bien entendre qu'on peut faire appel à une fonction connue d'Affinity, et Edit with GraphicConverter 10 ne présente aucune ambiguïté... Sauf sur le "comment on s'en sert ?". En effet, j'ai beau ouvrir une photo dans Aperçu, chercher dans le Finder ou sélectionner un élément dans Photos, nulle part je ne retrouve les options citées plus haut. Même l'Aide ouverte depuis le module Extensions ne parviendra pas à me donner d'explication utile.

Par contre, l'utilisation des extensions d'Aujourd'hui ou du menu Partager est beaucoup plus limpide (et efficace du même coup. En cochant les extensions dans Aujourd'hui, vous personnalisez la vue de même nom dans le Centre de notifications, c'est identique à ce que vous feriez dans le Centre lui-même en utilisant le bouton Modifier.

Le menu Partager peut vous rendre des services si vous renoncez à comprendre l'utilité de certains éléments comme Ajouter à la liste de lecture (en effet, le clic droit sur un lien dans Safari propose déjà Ajouter le lien à la liste de lecture, que la case soit cochée ou non. Par contre sélectionner du texte ou une illustration dans Safari ou ailleurs pour, via le menu Partager, créer un tweet, une publication Facebook, un rappel, un texto dans Messages, ou encore ajouter l'illustration à Photos, est un moyen rapide pour rester concentré sur ce qu'on est en train de faire sans passer par les étapes classiques de changement d'onglet, d'ouverture d'applications et de glisser déposer. D'autant plus que des applications tierces comme DEVONthink, Omnifocus, Evernote ou OneNote profitent de ces commodités.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Vendredi 12 janvier 2018



11:54

Quand on saisit un signe de ponctuation qui exige d'être précédé d'un espace ("!", "?", ";", ":"), Word va automatiquement ajouter l'espace insécable. Si on saisit mot + espace normal + ponctuation, Word transformera l'espace en insécable. Nous aimons ce comportement et trouvons dommage de ne pas le retrouver dans Pages, TextEdit ou encore quand on écrit, comme je le fais en ce moment, un article dans un formulaire se trouvant sur une page de Safari. Bien sûr, il y a alors le raccourci Option + Espace qui donne un espace insécable, mais certains trouvent ça trop contraignant (c'est surtout qu'on risque d'oublier).

Honnêtement, j'ai moi aussi mes habitudes et je suis très à l'aise avec la solution Option + Espace quand j'écris un article dans Safari. Dans ma tête les deux sont un peu devenus associés. Par contre j'oublie souvent quand j'écris ailleurs et j'avoue que trouver un automatisme "comme sous Word" ne me paraît pas idiot. Même si ce n'est pas vraiment cohérent car, après tout, la manipulation pour obtenir un "É" ou un "È" n'est pas plus simple que celle pour obtenir un espace insécable.

Avant d'en arriver à la solution (parce que j'ai une solution), je voudrais mettre au point une ou deux choses. D'abord j'ai utilisé à plusieurs reprises "un espace" plutôt que "une" parce que, même si "une espace" ça fait le mec qui connaît son sujet (la typo), le féminin est plutôt utilisé en imprimerie, et c'est matérialisé par une tige métallique qui s'intercale entre deux signes. C'est également au féminin en photocomposition, mais la photocomposition c'est encore le domaine de l'imprimerie. Comme un espace c'est aussi ce qui peut séparer deux objets, ou deux mots, c'est un peu plus logique, en informatique, de garder le masculin. Et, surtout, je n'ai pas envie, durant l'écriture d'un article comme celui-ci de ne rester focalisé que sur la grande question "un ou une espace ?".

Deuxième parenthèse avant de revenir au vif du sujet (si ça vous saoule vous pouvez passer directement au paragraphe suivant), doit-on dire "espace fine" ou "espace insécable" ? Ce sont deux attributs différents et qui ne sont ni opposés ni indossociables. L'attribut "fine" est lié à la typo et signifie que l'espace n'a pas une largeur standard. Ça reste du domaine de l'imprimerie même si on retrouve ces notions de "cadratin" dans les applications de P.A.O. L'attribut "insécable", lui, est utilisé en informatique pour que l'élément qui précède l'espace et l'élément qui le suit ne risquent pas d'être sur des lignes différentes. En général, si on respecte précisément la typographie et si on est en P.A.O., on utilisera une espace fine comme espace insécable entre un mot et un des quatre signes de ponctuation cités plus haut, ou encore entre des guillemets typographiques et le mot, mais c'est parce qu'on se rapproche des exigences de l'imprimerie. Dans un traitement de texte il n'y a pas d'espace fine, seul l'espace insécable est roi. Ouf !

Puisque Word substitue ou insère des espaces insécables, on pense tout de suite aux solutions de substitutions. Pour ma part j'utilise Typinator et la solution d'expansion depuis "espace + ponctuation" vers "espace insécable + ponctuation" couvre l'utilisation de l'espace standard. Il y aura quatre entrées à définir (une par signe) dans un nouveau jeu nommé "Ponctuation", par exemple. Oui mais, si vous n'aviez pas saisi d'espace standard ? Donc il faut ajouter quatre entrées d'expansion depuis "ponctuation" vers "espace insécable + ponctuation". Car, par chance, les deux expansions ne se cumulent pas.

Nous pouvons voir sous Pages les effets de ces expansions. Pourquoi Pages ? Simplement parce qu'il affiche aisément les caractères "invisibles", donc l'espace insécable différencié de l'espace. Et, au point où nous en sommes, si je pense que deux points seraient plus judicieux que le point-virgule que j'avais saisi, je dois veiller à sélectionner (ou supprimer) le point-virgule et "son" espace insécable" (et non le point-virgule seul) afin de ne pas me retrouver avec deux espaces insécables consécutifs que Typinator ne gérerait pas automatiquement car c'est un outil d'expansion au moment de la saisie, pas un outil de recherche et remplacement.

Donc maintenant mes entrées Typinator gèrent la saisie avec et sans espace. Mais, car il y a un mais, ça ne me suffit pas. En effet, des années d'écriture d'articles sur GraffitiX m'ont habitué à utiliser sans modération l'espace insécable, et un réflexe ne disparaît pas comme ça. Dans l'état actuel des choses, chaque fois que je saisis une ponctuation en la faisant précéder par un espace insécable (ce que je peux faire très naturellement), je me retrouve avec deux espaces insécables consécutifs. Et, toujours par chance car elles n'entreront pas en conflit avec les expansions précédentes, je vais pouvoir régler ça en ajoutant quatre entrées d'expansion depuis "espace insécable + ponctuation" vers "espace insécable + ponctuation". Si, si, ça marche très bien et j'assure maintenant les expansions adéquates pour trois façons d'écrire.

Alors maintenant, pourquoi Typinator alors que macOS intègre une fonction de substitutions dans Préférences Système > Clavier > Texte ? Tout simplement parce que, dans ces substitutions de macOS, le texte original ne peut pas comporter d'espaces et on ne pourrait avoir que les quatre entrées de type "ponctuation" vers "espace insécable + ponctuation", ce qui obligerait à utiliser une saisie plus rigide pour fonctionner. Par contre, je n'ai pas essayé pais je suis convaincu qu'une solution comme TextExpander serait une aussi bonne solution.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Jeudi 11 janvier 2018



13:30

Je viens juste de m'apercevoir que je n'ai plus le cadenas de l'état des Trousseaux dans la barre des menus. Avant même de lancer une requête sur Google, je sens que c'est lié à High Sierra. En effet, il m'est arrivé que voir disparaître des menulets après un redémarrage et de les réinstaller aisément en allant là où il faut. Et, dans le cas de Trousseaux, c'est dans les Préférences, onglet Général. Mais, aujourd'hui, rien.

En effet, sous High Sierra, les Préférences sont devenues une terre brûlée et je doute même de leur utilité désormais. Donc direction Google, avec nombre de confirmations de la disparition de l'option puisque le menulet, installable via une case à cocher dans les Préférences, était inclus dans l'application Trousseaux avant High Sierra. Et les pistes données dans les forums demandent de récupérer le menulet dans l'application Trousseaux de High Sierra afin de le copier dans l'application de High Sierra puis de l'activer.

Et qu'en dit Apple ? Plus simple encore, ils conseillent d'aller dans les Préférences de Trousseaux, comme le montre cette capture d'une page qui porte bien la mention macOS High Sierra. Il paraît qu'ils offrent un iMac à celui qui trouvera l'onglet Général...

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)




12:51

Dans cet article j'avais évoqué la possibilité de conserver des résultats de recherche dans le Centre de notifications et, au passage, j'avais remarqué que certaines recherches, notamment celles dont les résultats mettaient Plans à contribution, ne pourraient pas être conservées dans le Centre de notifications. Mais j'avais oublié un détail important...

Et, pourtant, ce détail n'aurait pas dû m'échapper : on est tout de même sur Mac... On peut très conserver les résultats d'une recherche qui mettent Plans à contribution. Il faut glisser le panneau depuis la fenêtre de Siri vers le Bureau, par exemple, et une image PNG dont le nom commence par "À proximité" sera générée.

Bien entendu, les liens actifs vers Plans ou une adresse web ne sont pas conservés puisqu'il s'agit d'un PNG, mais c'est toujours mieux que rien. Dans l'illustration ci-dessus, je cherchais une bonne pâtisserie dans le quartier. À moi de renommer le fichier pour y ajouter l'objet de la recherche. Et, à partir d'un de ces noms, je devrais retrouver facilement une de ces adresses.

D'ailleurs chaque panneau de résultats de recherches Siri, qu'il soit éligible ou non pour être conservé dans le Centre de notifications, peut être glissé vers le Finder pour générer un PNG.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Mardi 9 janvier 2018



14:58

Ayant vu passer une question concernant la possibilité d'afficher 14 jours dans la vue par semaine, je me suis demandé si, en fouinant un peu, je ne parviendrais pas à trouver des réponses. Alors je suis allé voir monsieur Google (en fait j'ai fait ce que je fais toujours par réflexe, saisir ma requête dans le champ commun à l'URL et à la recherche de Safari).

La requête, "calendrier mac affichage 2 semaines", est très complexe comme vous pouvez le voir 

Elle est aussi très efficace puisque je suis tout de suite tombé sur un article publié par MacGé en 2014. Pour résumer, l'article dit que, depuis Yosemite, la commande de terminal pour activer cette option n'est plus la même. Et l'aticle donne évidemment l'ancienne et la nouvelle commande.

Toujours pour résumer, voici la commande avant Yosemite
defaults write com.apple.iCal CalUIDebugDefaultDaysInWeekView 14

Et la commande à partir de Yosemite
defaults write com.apple.iCal n days of week 14

Bien entendu, la même commande avec 7 permet de retrouver l'affichage d'origine, tandis qu'un autre nombre reste toujours possible (certains courageux ont tenté 21).

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Lundi 8 janvier 2018



16:10

S'il existe bien une option permettant que Calendrier iOS synchronise et conserve tous les événements, sans limite de date, les choses se compliquent un peu quand on veut retrouver des événements anciens en utilisant la fonction de recherche. heureusement, il y a des solutions (payantes).

Tout d'abord, il est clair que Calendrier iOS ne recherche pas les événements de plus d'un an, dans le passé ou le futur. C'est un peu dommage parce que quand on se demande, par exemple, "C'était en quelle année que j'ai vu Untel pour la dernière fois ?", la première idée est souvent de chercher dans Calendrier, justement. Et il semble qu'Apple n'a jamais voulu mettre en avant cette utilisation. Ce n'est pas pénalisant pour les événements de moins d'un an mais, pour les autres, il faudra les rechercher par navigation manuelle.

Divers utilisateurs pensent que c'est une possibilité qui a été supprimée récemment. Mais, si ça avait été le cas, ça aurait fait du bruit. Au contraire, une recherche Google sur "recherche calendrier ios" trouve cette discussion dans les forums de MacGé, et elle date de 2009 et iOS 3. Sachant que l'iPhone est né deux ans plus tôt...

Doit-on en déduire que, pour ces recherches d'événements très anciens, il n'y a pas d'autre solution que les effectuer sur la version macOS de Calendrier ? Oui et non. Oui si ces recherches sont rares et ne justifient pas d'investissement supplémentaire. Non si on pense que dépenser quelques euros vaut le coup parce qu'on a souvent besoin, même loin du Mac, de retrouver la trace de certains événements et qu'on ne tient pas à être bloqué par une quelconque barrière temporelle.

Il se trouve que, parmi mes apps installées sur iPhone et iPad et ajoutant des commodités à la gestion de Calendrier, il y en a trois qui ont une fonction de recherche pouvant couvrir tous les événements, Easy Calendar, Week Calendar et Informant. La première est une app universelle et coûte 2,29 €, la seconde coûte 2,29 € pour iPhone et 4,99 € pour iPad. quant à Informant, c'est gratuit sauf si on prend la version Premium à 20 €. Bien évidemment, après autorisation toutes ces applications travaillent avec les données de Calendrier et ne sont qu'un moyen d'offrir des commodités supplémentaires.

Avec Easy Calendar, la recherche d'événements anciens est parfois un peu capricieuse. Week Calendar a une option permettant de définir la plage de temps sur laquelle on doit chercher. Quant à Informant, c'est au final ce que je trouve le plus pratique, une fois qu'on a défini dans les options de recherche si on cherche sur tout ,sur le passé, sur le futur ou sur plus ou moins un an, la recherche est rapide et précise. Je sens que je vais me laisser séduire par la version 5.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Mardi 2 janvier 2018



18:00

L'idée de faire ce petit article m'est venue d'une recherche de solutions un peu confortables pour retrouver, dans la lecture de PDF sur iPhone, quelques avantages d'Aperçu sur Mac, notamment l'affichage des vignettes de pages et la table des matières avec liens quand c'est disponible. Je ne vais pas prétendre avoir fait le tour de la question mais mon exploration un peu avancée permettra, je l'espère, d'y voir plus clair.

Déjà la base est intéressante puisque, comme le passé, il est très simple de consulter un PDF qui est en pièce jointe dans un mail grâce au lecteur de documents iOS qui supporte un certain nombre de formats courants (texte, PDF, images, audio, vidéo...). Quand, à partir du Mac, j'ai déposé un guide de l'iPhone en PDF de 180 pages dans le dossier iCloud Drive, j'ai pu retrouver le PDF dans l'app Fichiers sur mon iPhone sous iOS 11. Parallèlement, comme j'utilise régulièrement Dropbox, le même PDF s'y trouvait déjà.

Commençons par la solution "iCloud Drive". Franchement, très banale et linéaire : certes, le document est ouvert et peut être lu, mais il ne faut espérer aucune commodité.

Ensuite je regarde le PDF depuis l'app Dropbox. Et c'est franchement autre chose, comme vous le voyez ci-dessus. Une barre d'outils en bas de l'écran propose entre autres une vue par vignette, un accès permanent à la table des mat!ères et une fonction de recherche. Ensuite, dans le coin en haut et à droite de l'écran, une icône composée de trois petits points permet d'accéder à diverses fonctions (exporter, renommer, copier, déplacer, et rendre accessible hors ligne). On est donc en présence d'une interface que l'on peut qualifier d'assez complète.

Et on peut autant se féliciter de ce qui est proposé par Dropbox que, lors de l'examen d'autres solutions pour lesquelles on attendait plus, en fait on n'en a pas autant. Je n'ai pas racheté la version 4 de GoodReader, mais j'ai regardé deux solutions spécialisées PDF sous iOS, Documents de Readdle et, bien entendu, Acrobat Reader, qui offre une timide fonction de recherche et gère les liens de la table des matières qu'on trouve en début de document. On est quand même très loin de retrouver les commodités de navigation de Dropbox (ici la table des matières est accessible à tous moments, sans devoir revenir au début du document).

J'ai aussi regardé des solutions de clés hybrides (USB d'un côté et Lightning de l'autre). Trois d'entre elles (iXpand Drive de SanDisk, iUSB Pro de GMYLE et iDiskk Pro de iReader) sont incapables d'ouvrir correctement ce PDF (on n'y lit que du code ésotérique), peut-être à cause de la table des matières. Alors qu'elles ouvrent normalement des PDF plus simples. Donc, parmi les solutions "clés", seul MobileManager de Lexar ouvre le PDF, mais sans aucune commodité de navigation.

Voilà, sans avoir tout vu, j'ai quand même pu constater que seul Dropbox offrait des outils de navigation comparables (toutes proportions gardées, l'écran de l'iPhone reste petit) à ce qu'on utilise sur Mac. Je ne nie pas que d'autres modèles de clés hybrides puissent proposer mieux, mais j'en ai quand même regardé 4, dont 2 très connues. Quant aux applications, je n'en ai vu que 2, mais j'ai quand même été surpris de constater que le célèbre Acrobat Reader (longtemps incontournable sur ordinateur avant l'arrivée d'Aperçu) parvient tout juste à proposer une recherche et quelques liens utiles.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Lundi 1er janvier 2018



17:22

Peut-être que c'est documenté, mais je n'ai rien trouvé sur le dernier manuel de l'iPhone sous iOS 11.2. L'écran de partage, qui s'affiche quand un document est sélectionné ou actif et quand on touche l'icône ci-dessous représentant un carré avec une flèche vers le haut, réserve quelques commodités...

En bas de cet écran de partage s'affichent deux lignes d'icônes, d'abord les options de partage, en l'occurrence les applications qui peuvent utiliser le document, par exemple pour l'ouvrir ou l'envoyer, et, au dessous, les options d'action.

La capture ci-dessus montre l'action "Enregistrer dans Fichiers" sans qu'il soit nécessaire de faire défiler la ligne des actions d'action. parce qu'il est possible de modifier l'ordre des icônes. Un toucher prolongé sur une des icônes permettra de la déplacer dans la liste. Et cela fonctionne aussi bien avec la ligne des options de partage. En clair vous pouvez modifier l'ordre des icônes de partage, et modifier l'ordre des icônes d'action. C'est très pratique pour garder en tête de liste ce que vous utilisez plus souvent.

Et l'avenir me dira si ce premier article de l'année 2018 aura été utile ou si la personnalisation de l'écran de partage était un secret de polichinelle

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)

 
     
     
 

 Dimanche 31 décembre 2017



20:35

Dans quelques heures nous allons encore faire des ratures sur nos chèques car nous serons en 2018. Donc il est temps pour moi de vous souhaiter...

DE BONNES FËTES ET UNE BONNE ANNÉE

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




20:30

On va peut-être dire que je je fais une fixette sur les podcasts, mais il y a quand même deux choses qui me surprennent sur iPhone.

D'abord, à chaque écoute d'épisodes de podcast, ça enchaîne sur l'épisode suivant 1 à 2 secondes avant la fin de l'épisode en cours. Plusieurs fois j'ai noté que la dernière phrase de Guillaume Meurice ou de Charline Vanhoenacker était tronquée. Je me suis dit que c'était le fichier audio qui était comme ça jusqu'à ce que j'écoute le même épisode sur Mac, et jusqu'au dernier mot sans que l'écoute soit tronquée. Je me suis dit "Bah, c'est juste un réglage à faire sur l'enchaînement des podcasts". Sans doute mais il n'y pas de réglage. Comme je pense que ça ne fait pas partie des priorité chez Apple, on risque de garder longtemps ce défaut de lecture.

La deuxième chose concerne la mémorisation de ce qu'on est en train d'écouter. On a généralement l'info dans le Centre de contrôle. Pendant des années je n'ai pas compris pourquoi, alors je passais plusieurs jours à écouter des podcasts, l'information était perdue dans le Centre de contrôle. parfois, on y lisait juste "Podcasts", auquel cas il suffisait de toucher "Play" puis "Pause" pour retrouver l'info de la série de podcasts. Ainsi tout était prêt pour poursuivre la lecture au moment opportun. Mais, dans de nombreux cas, l'écoute basculait sur Musique sans raison apparente. Et il fallait sortir i'liPhone de la poche, le déverrouiller, ouvrir Podcasts et lancer la lecture. Pas insurmontable mais un peu agaçant.

Et j'en arrive au fait : depuis quelques jours j'écoute plutôt de la musique quand je prends les transports. Et, naturellement, je n'écoute pas en continu. Je fais ce que j'ai à faire puis, reprenant les transports, je reprend l'écoute. Eh bien, croyez-moi ou non, à maintes reprises, en lieu et place de la musique que je m'attends à écouter, j'entends un épisode de podcast !

Ce qui signifie que, après des années à chercher en vain le moyen pour que l'iPhone reste sur les podcasts et ne bascule pas sur la musique lors de mes lectures discontinues, voici que, alors que je viens d'écouter de la musique dans le bus, à peine une heure après, alors que je reprends le bus, je pousse le bouton blanc de la télécommande des écouteurs, pensant poursuivre l'écoute d'un album, et l'iPhone m'envoie... les podcasts.

Quel farceur, cet iPhone !

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)




19:56

On vient de me poser une petite colle tout à fait d'actualité pour les envois de voeux. Même s'il est renseigné dans les fiches de Contacts, le pays n'est pas inclus par défaut dans les adresses des étiquettes ou des enveloppes que l'on souhaite imprimer. mais un petit réglage peut arranger ça.

Comme vous le voyez ci-dessus, ça se passe dans le dialogue d'impression. Quand on affiche les Détails, la moitié basse à droite dans le dialogue affiche trois onglets. Il faut aller dans Étiquette et cocher la case Pays. C'est tout simple mais il fallait penser à aller chercher là. Même si l'option est très simple à activer, ce n'est pas des plus pratique puisque ce réglage ne sera pas conservé dans les préréglages (qui ne tiennent compte que des réglages se trouvant dans la partie haute du dialogue). Ce qui implique de ne pas oublier de cocher la case chaque fois que nécessaire.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Jeudi 28 décembre 2017



21:33

Les versions actuelles de GarageBand et de Logic Pro X ont une fonction de partage fers GarageBand pour iOS. Sur le papier, c'est excellent. En effet, le principe est de commencer un projet sur Mac et de le poursuivre sur appareil iOS avant de le rapatrier sur Mac. Mais c'est là que le fait d'être utilisateur de GarageBand ou de Logic Pro X va faire la différence.

L'aller est identique. Que vous partez d'un projet GarageBand ou Logic Pro sous macOS, quand vous exportez vous obtenez un document GarageBand contenant une seule piste audio qui est le bounce de toutes les pistes du projet d'origine. Même si on aurait préféré retrouver les pistes d'origine sous iOS, on se dit que ce n'est déjà pas si mal. Et on peut effectivement travailler efficacement sous iOS.

Mais c'est lors du "retour" que la différence est flagrante.

S'il s'agissait d'un projet Logic, vous n'avez pas à importer le travail effectué sous iOS : le projet Logic sur Mac sera automatiquement mis à jour avec les nouvelles pistes et les nouveaux enregistrements faits sous iOS. Ce qui signifie que, sous Logic, vous avez encore les pistes d'origine, et vous pouvez encore les modifier aussi bien que vous pouvez modifier les pistes ajoutées dans GarageBand pour iOS. En clair, une fois des modifications faites et sauvées sous iOS, le projet Logic est immédiatement affecté et, dès que vous l'ouvrez sous Logic, vous retrouvez vos anciennes pistes et les nouvelles. Dans ce cas le bounce n'est qu'un moyen pratique de faire "accepte" le projet Logic à GarageBand pour iOS. Mais il n'est utilisé que sous iOS. Sous macOS, les pistes d'origine conservent leurs droits.

S'il s'agissait d'un projet GarageBand pour macOS, le partage est finalement beaucoup plus restrictif. Parce que, au retour, GarageBand pour macOS devra importer le projet sauvé par GarageBand pour iOS, et il faudra poursuivre le travail à partir de celui-ci, donc avec les anciennes pistes travaillées sur Mac qui ne sont plus là en tant que telles et qui sont remplacées par un fichier audio. Sous GarageBand, vous ne pouvez pas avoir deux projets ouverts en même temps et copier / coller des pistes et des régions d'un projet à l'autre. Donc vous premières pistes sont quasiment devenues inutiles.

Bien entendu, si vous le voulez vraiment, rien ne vous empêche, à la lumière des difficultés rencontrées avec l'ajout d'autres pistes, de les exporter en audio en modifiant le mixage, puis d'importer l'audio dans votre projet qui passe d'un appareil à l'autre. Mais, vous l'aurez compris, c'est beaucoup moins souple qu'avec Logic, avec lequel les premières pistes bouncées pour aller sur iOS ne deviennent jamais inutiles et dans lequel tout peut être retravaillé et corrigé en temps réel.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Mardi 26 décembre 2017



19:42

Oui, aujourd'hui j'ai maudit une app iOS, alors qu'elle n'y est pas vraiment pour grand chose. Mais Yamaha y est pour quelque chose en annonçant que l'app MusicCast CONTROLLER peut mettre à jour le firmware de ses barres de son. Parce qu'ils m'ont vraiment énervé...

Je vous explique le contexte. J'ai une barre de son Yamaha SRT-1500 et je vois qu'on peut mettre à jour le firmware en 3.01. Je tente via le Wi-Fi mais on dirait que ça ne va pas jusqu'au bout. Alors je tente Ethernet et même punition. Tout ça à cause du réglage de la connexion, avec lequel on finit par ne plus vraiment savoir s'il faut mettre le DHCP en On ou Off parce qu'il n'y a pas moyen de savoir de quel DHCP il s'agit. Est-ce celui du routeur Numericable ? Ce serait bien mais ce n'est pas si évident car Yamaha cultive le flou artistique et laisse penser que c'est la barre de son qui va créer un réseau avec son propre DHCP.

Deux heures après, je n'ai pas réussi à effectuer la mise à jour et je suis très très mal parce que la barre de son n'assure plus le relais HDMI et ne donne plus de son. En bref, elle ne fonctionnera pas avant que j'aie réussi à mettre correctement à jour le firmware.

Alors je tente la clé USB. mais ça ne marche pas mieux. la doc ne dit rien sur le formatage exigé, donc on peut supposer que c'est du FAT quelque chose mais il n'y a de confirmation nulle part. Je fais six tentatives avant de relire le manuel et découvrir que Yamaha distribue gratuitement l'app MusicCast CONTROLLER pour iOS. la fonction première de cette app est l'écoute de musique provenant de l'appareil iOS et via Bluetooth, mais le manuel du SRT-1500 dit qu'on peut aussi l'utiliser pour effectuer la mise à jour du firmware. Donc je récupère l'appli et je n'y trouve absolument rien concernant cette mise à jour. Le site de Yamaha dit que cette fonction n'est plus supportée. Merci. Je les maudis car j'en suis à 4 heures de tentatives et une barre de son qui n'est pas en état de fonctionner.

Finalement je met le DHCP en On, je regarde les informations de connexion qui me confirment que l'appareil a bien récupéré une adresse IP, qu'il y a les bonnes adresses de DNS (je les avais entrées manuellement quand le DHCP était en Off mais elles ont peut-être été récupérées automatiquement) et, toujours via un câble Ethernet, je tente une énième fois la mise à jour. Et cette fois elle aboutit. Ouf !

Mais j'avoue avoir vraiment maudit Yamaha et son app qui promettait d'être miraculeuse...

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)

 
     
     
 

 Dimanche 24 décembre 2017



11:21

Évidemment, après ces mois de silence, l'audience de GraffitiX ne peut pas être très importante, mais elle remontait à son rythme. Depuis hier, ce sont les vacances, et on entre dans les périodes ou le nombre de visites chute énormément. C'est donc à un moment où je serai moins lu, mais sans aucune amertume, que je vous souhaite un...

et de passer de très bonnes fêtes de fin d'année.

Commentez dans les Forums...
(Déjà 2 commentaires)

 
     
     
 

 Vendredi 22 décembre 2017



22:28

Au risque de paraître rétrograde, je continue à pester contre l'abandon des playlists dans l'application Podcasts. Le fait d'utiliser des stations semble faire l'affaire pour les remplacer, mais en théorie seulement, parce que, en pratique, ça pose plein de problèmes.

Retour dans le passé : je suis sous iOS 10 et je réunis les épisodes de divers podcasts dans une liste intelligente d'iTunes. Toujours dans iTunes, sur la page de l'iPhone connecté et dans les réglages des podcasts, j'ai veillé à ce que la playlist et les podcasts concernés soient synchronisés. Et, ensuite, chaque semaine, je télécharge les nouveaux épisodes des podcasts et ils sont automatiquement dans la playlist. Sur iPhone, j'ai la même playlist et je peux écouter les podcasts où que je sois, même s'il n'y a pas de réseau. Vous me voyez venir...

Aujourd'hui, sous iOS 11, j'ai réglé une station pour qu'elle réunisse les épisodes non lus des mêmes podcasts. Et, dans iTunes, je continue à télécharger les épisodes comme par le passé. J'ai une station réglée de même façon sur mon iPhone. Cette station est presque identique à la station dans iTunes, on y retrouve les même podcasts et les mêmes épisodes tant qu'ils ne sont pas écoutés. Mais il y a une différence de taille : de nombreux épisodes ne sont pas sur l'iPhone, cela se remarque au petit nuage qui se trouve à droite de leur nom. Et cela malgré le fait qu'ils ont été téléchargés sur Mac puis synchronisés.

Pas grave, me direz-vous, et tant pis, si on peut les écouter en streaming ce n'est pas un problème. C'est vrai, sauf quand on est dans le métro avec une connexion en Edge par ailleurs très symbolique. Auquel cas c'est le silence, et une alerte expliquant que l'épisode n'est pas disponible. Pour éviter ce désagrément, parce que c'est un vrai désagrément, je fouille partout, dans iTunes, dans les réglages de la station sur iPhone, dans Réglages > Podcasts, afin de trouver un moyen de forcer le transfert physique de tous les fichiers de podcasts sur l'appareil, afin de ne plus dépendre de la couverture de réseau quand je suis dans le métro. Et je n'ai rien trouvé.

Alors, pendant que j'ai une connexion Wi-Fi sur ma fibre Numericable, touchons l'icône Nuage à droite du nom des épisodes non transférés, c'est effectivement une manipulation plus intelligente que celle qui consiste à râler sur le passé qui fout le camp. Sauf que la tentative de téléchargement dure deux seconde, et c'est le retour de l'icône Nuage. Et, là, je ne comprends plus la logique qui a poussé à supprimer les playlists synchronisées afin de les remplacer par des synchronisations qui ne copient pas les fichiers et de icônes Nuage qui ne servent pas à télécharger les fichiers sur l'appareil.

Je vais revenir à la méthode qui consiste à renommer les épisodes quand il faut ajouter une date pour les différencier. car, même avec les doublons (épisodes non renommés détectés), au moins ils sont synchronisés par iTunes.

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)




13:17

Sur ces quatre premiers matins avec High Sierra (10.13.x), cela fait deux fois qu'Awaken semble ne pas fonctionner totalement. En tout cas je ne suis pas réveillé par la playlist choisie. Et, à la place, quand je m'éveille un peu plus tard, je vois cette alerte...

La première fois, j'avais cru que c'était un problème d'autorisation de l'ordinateur mal géré par iTunes après le passage à High Sierra. Ce matin, j'ai effectué un autre contrôle. J'ai annulé sur cette alerte, puis, dans iTunes, j'ai joué la chanson qui semble coincer. Et ça s'est fait sans aucun problème, iTunes n'avait pas besoin que l'ordinateur soit autorisé encore et encore (d'accord, d'accord ?). C'est Awaken qui, depuis High Sierra, n'a pas l'autorisation pour jouer les chansons protégées et affiche cette alerte quand il en rencontre une, invitant à aller s'identifier dans iTunes. En cliquant sur Annuler, il n'y aura pas de problème avec iTunes. En cliquant sur Ouvrir iTunes, le mot de passe du compte iTunes sera demandé, puis iTunes "répondra" que l'ordinateur est déjà enregistré. Mais Awaken, si j'ai bonne mémoire, peut alors jouer les chansons protégées tant qu'on ne redémarre pas, mais refusera après redémarrage, en affichant la même alerte.

J'ai noté aussi qu'il ne faut pas cliquer sur Ouvrir iTunes puis, dans le dialogue d'iTunes, cliquer sur Annuler. Le résultat est qu'on ne peut plus jouer les chansons protégées dans iTunes non plus. Ça se règle sans doute en trouvant le moyen de s'identifier dans iTunes, pour ma part j'ai simplement redémarré le Mac qui s'est retrouvé à nouveau autorisé. Ce n'est donc pas un gros problème, mais ça fait perdre un peu de temps et autant annuler sur la première alerte.

Alors Awaken va rester coincé ? Non. D'une part j'ai écrit à l'éditeur en lui expliquant la situation en détail. D'autre part j'ai dupliqué la playlist et, dans la copie, je n'ai gardé que les chansons importées (donc non protégées) et c'est cette nouvelle playlist que j'ai désigné à Awaken, le temps qu'une solution éventuelle soit trouvée.

Donc, utilisateurs d'Awaken, vous savez ce qui vous reste à faire si vous passez sur High Sierra.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Jeudi 21 décembre 2017



19:51

Mon Apple Watch me rend perplexe : ça fait deux fois en 10 jours qu'elle m'affiche un message me demandant si je veux faire confiance "à cet ordinateur", avec le choix entre "Se fier" et "Ne pas se fier". La dernière fois c'était tout à l'heure dans la rue. Et, malheureusement, j'avais oublié la manipe pour faire une capture d'écran (parce que je n'ai jamais l'occasion de l'utiliser mais, depuis, j'ai révisé).

Sur iPhone ou iPad je connaissais, d'ailleurs Apple aussi. Mais, sur Apple Watch, je n'avais jamais vu, et Apple non plus, visiblement, puisqu'une recherche via Google ne donnera qu'une page concernant iPhones, iPads et iPods. Et Google Images, sur "apple watch se fier", ne donnera rien qui ressemble à ce que j'ai vu tout à l'heure. Sans faire de parano mais en l'absence totale d'information de ce type pour l'Apple Watch, pour moi ça ressemblerait plus à une tentative d'intrusion...

Mais ce qui est curieux c'est que Google Images, avec "apple watch trust computer", affiche une capture où on retrouve cette alerte en anglais.

Donc ça semble bien prévu par Apple, mais Apple ne communique pas là-dessus. Et je ne vois pas comment on peut faire confiance, justement.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




11:40

À la suite de modifications sur leur plate-forme, les notifications de MacGeneration et iGeneration sont en panne le temps que les choses se remettent en place, il n'est donc pas utile de s'inquiéter.

La manipulation qu'ils conseillent c'est d'aller dans les Préférences de Safari, sur l'onglet Sites web puis Notifications dans la liste, de sélectionner les éléments iCeneration et MacGeneration et de les supprimer. Ensuite, il faut attendre un peu et, lors de la navigation sur les sites, les Notification Push seront à nouveau proposées. mais, une fois acceptées, il se peut que les notifications n'arrivent toujours pas (c'est facile à vérifier si elles arrivent par contre sur iOS), auquel cas ce n'est pas encore réglé et on pourra éventuellement supprimer à nouveau les éléments puis accepter les Notifications plus tard.

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)

 
     
     
 

 Mercredi 20 décembre 2017



20:28

Après avoir constaté le léger retard dans FaceTime, j'ai voulu voir ce qui se passait dans Photo Booth. Le retard est similaire donc il faut sans doute que j'ajoute ça au long passif des ralentissements inexpliqués de mon iMac. mais autre chose a attiré mon attention, et c'est là qu'on voit qu'Apple n'est plus tout à fait Apple tout en restant Apple, et j'ai nommé l'inversion de l'image.

Si on ne touche à rien en utilisant Photo Booth, la photo prise sera comme ce qu'on voit dans la fenêtre de l'application, l'image est inversée comme quand on se regarde dans un miroir. Avant de prendre la photo, on le comprend, sur la photo elle-même c'est déjà moins logique. Prenons un exemple. Je prends mon iPhone et j'ouvre Appareil photo. Je bascule en "caméra FaceTime HD" et je vois bien mon image inversée à l'écran. C'est volontaire, je sais, c'est pour que je ne sois pas désorienté. Mais, si je prends une photo, elle n'est pas inversée, comme si elle avait été prise avec n'importe quel appareil photo. Ça, pour moi, c'est logique.

Ne boudons pas tout de suite. Je me dis que si la photo que je viens de prendre avec Photo Booth sur Mac est stupidement inversée, il y a certainement un moyen pour la redresser. Bien entendu, tout bon utilisateur de Mac sait qu'en effectuant un Retournement horizontal (dans Aperçu, menu Outils) ou une Symétrie horizontale (dans GraphicConverter, menu Image) il est très facile de retrouver la photo orientée correctement. Oui mais pourquoi ne pas avoir cette possibilité directement dans Photo Booth ?

En fait on l'a, il suffisait de prendre le temps d'explorer les menus, en l'occurrence Édition, avant de tester la première photo. Sauf que l'application semble tellement intuitive qu'on imagine pas une seconde qu'il faille tout explorer, y compris l'Aide, avant de prendre la première photo. De toute façon, rien dans l'Aide ne dit quoi que ce soit sur comment éviter que les photos soient inversées) Et on ne peut pas dire que la formulation "Retourner les nouveaux éléments automatiquement" soit très limpide. Mais c'est bien cet item qui, tant qu'il sera coché, garantira des photos non inversées.

Oui mais la photo que j'ai prise bêtement, Photo Booth ne prévoit rien pour elle ? Eh bien si, et c'est toujours dans le menu Édition, juste au dessus de l'item précédent, et c'est intitulé "Retourner la photo", avec le raccourci Commande + F.

Je suis quand même sous High Sierra, et il me semble qu'Apple ne cesse de nous répéter que le fonctionnement du Mac se rapproche un peu plus du fonctionnement de l'iPhone. On l'avait vu avec l'inversion du mouvement de la souris qui me perturbait complètement (alors que je n'ai aucun souci de sens de défilement sur l'iPhone). Il est peut-être dommage que la simplicité de la prise de vue sur iPhone n'ait pas inspiré les développeurs de Photo Booth.

Mais, maintenant que nous sommes sauvés et pensons disposer de tous les outils nécessaires, il en reste encore un à trouver et dont l'Aide ne parle pas non plus, mais il est plus simple à déceler. Quand vous avez pris une our plusieurs photos ou vidéos, des vignettes s'affichent en bas de la fenêtre. Et, quand vous cliquez sur une de ces vignettes, la partie principale de la fenêtre affiche la photo ou la vidéo. Oui mais, une fois cela fait, comment revient-on à l'écran de prise de vue ? C'est simple, il suffit de cliquer sur l'icône Appareil photo qui, habituellement, sert à prendre les photos. Il ne prendra pas la photo cette fois mais il assurera le retour en mode prise de vue.

Et pourtant je n'ai pas fini de tout dire sur Photo Booth. Si le menu Appareil a un item à cocher "Utiliser l'écran comme flash", vous pouvez aussi, afin de désactiver temporairement le flash, appuyer sur la touche Majuscule avant de cliquer sur le bouton Appareil photo. Vous pouvez également désactiver le décompte de 3 secondes en appuyant sur la touche Option avant de cliquer sur le bouton de prise de photo. Et vous pouvez bien entendu appuyer sur Majuscule et Option pour prendre la photo sans décompte et sans flash. Ça, par contre, c'est précisé dans l'Aide, mais autant le savoir directement.

One more thing... Il y a un raccourci (Commande + Return), visible dans le menu Fichier, pour prendre la photo au clavier plutôt qu'en cliquant sur le bouton rouge. Donc, si vous utilisez le raccourci Majuscule + Option + Commande + Return, vous prenez aussi une photo sans flash et sans décompte.

Pour terminer, dans le menu Fichier il est curieux d'avoir appelé Exporter une fonction qui est en fait une sauvegarde classique. Que rien n'oblige d'ailleurs à utiliser parce que glisser l'image vers le Finder fait aussi bien l'affaire. Ouf ! Cette fois je crois n'avoir rien oublié.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




14:37

Depuis hier matin (du fait de la nuit presque totale qu'il a fallu pour installer la 10.13.1 puis mettre à jour en 10.13.2) je suis sous High Sierra sans réel incident, à part le fait qu'en l'absence de configuration initiale avec iCloud (comme cela se passait avec des MAJ précédentes), la lecture de musiques protégées n'était pas encore autorisée et mon "réveil" a échoué. Puisque je reprends l'écriture d'articles, rien ne m'empêche de donner mes impressions au fur et à mesure de mes découvertes, sans m'engager à ce que ce soit passionnant et renversant à chaque fois.

En effet, pour l'instant je n'ai pas vu de grands changements. Ah, si, je ne sais pas si c'est lié mais je ne reçois plus aucune notification de MacGeneration et iGeneration. J'ai fait plusieurs fois des modifications dans les Préférences Système et dans les Préférences de Safari, mais je n'obtiens rien. D'ailleurs toutes les notifications de Sierra avaient disparu lors de mes premières utilisations de High Sierra. Curieux. par contre, en ouvrant Mail, j'ai reçu assez de notifications pour nourrir un régiment. Trop à ce point, je ne vois pas l'intérêt.

Lors de la première ouverture de Calendrier sous High Sierra, j'ai été gentiment averti de nouvelles fonctions avec Siri et Plans mais je n'ai pas encore compris comment ça se passe, d'autant plus qu'Apple n'en parle pas dans ses présentations de High Sierra.

Dans Messages j'ai été intrigué par la disparition de la liste de contacts (qui, chez moi, concernait AIM et Bonjour). Ce n'est pas bien grave puisque AIM a stoppé son service depuis le 15 décembre. Mais, en ouvrant les Préférences, j'ai constaté que Messages avait changé de mode de fonctionnement puisqu'il n'y a plus qu'un seul type de compte, plus de gestion de caméra... Apparemment toute conversation vidéo passe maintenant par FaceTime. À propos de FaceTime, je ressens un léger malaise en effectuant des gestes devant la caméra. Oui, l'image est inversée mais devant un miroir. Et, devant un miroir, je ne ressens aucune difficulté à me toucher le nez, ou une oreille. Devant la caméra je me sens maladroit, et je comprends vite pourquoi : l'image a presque une demi-seconde de retard sur le temps réel. Et c'est effectivement très gênant. Mais ça n'a pas forcément de lien direct avec High Sierra, j'en conviens.

Mail est annoncé comme étant beaucoup mieux organisé qu'avant, mais je serais bien incapable de déceler la moindre différence, à moins peut-être de l'utiliser régulièrement, mais ce n'est pas le cas.

Si j'avais enfin pu utiliser Logic Pro 9.1.8 avec Sierra, ça n'aura pas duré parce que High Sierra n'en veut pas. On dira adieu à LiveType, à Soundtrack Pro et à quelques autres applications mais, là aussi, ce n'est pas le grand renversement.

Enfin je sais que les gros changements résident dans le système d'exploitation APFS (mais mon iMac avec DD n'a pas basculé) et l'application Photos, mais je n'ai pas encore exploré.

Et, un petit détail, j'ai retrouvé le son qu'émet Typinator lorsqu'il effectue une substitution.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Mardi 19 décembre 2017



11:24

Comme je n'ai aucune astuce particulière dans un coin de ma tête, je vais évoquer comment ma soirée s'est singulièrement allongée après que je me sois dit "Bon, l'utilisation de High Sierra semble devenue très banale, et je n'ai plus de raison pour rester sur Sierra. Donc j'ai lancé l'installeur de la mise à jour, et je suis parti pour un marathon...

C'est surtout le passage de Sierra vers High Sierra qui m'a rendu perplexe. OK pour l'écran blanc avec la pomme, la barre de progression et, de temps à autre, l'indication du temps restant. Mais de très longues plages de temps sans ce message, puis la barre de progression restant coincée aux 9/10e pendant près de deux heures, tout finissait par laisser croire que le Mac dormait ou, comme ça semblait s'agiter du côté du disque, que le processus tournait en rond. j'ai attendu encore une heure, sans aucun changement apparent. J'en ai profité pour déconnecter tous les disques externes et un certain nombre d'autres périphériques.

Sur mon iPad j'ai commencé à questionner Google sur la marche à suivre quand la mise à jour semble bloquée, et je commençais à envisager le démarrage en mode sans échec ou la restauration depuis la partition de secours. J'attends encore une demi-heure et je tente le démarrage sans échec. Je force l'extinction du Mac puis je démarre avec la touche Majuscule. Et c'est là que ça devient rigolo car mon démarrage sans échec est royalement ignoré, le Mac affiche immédiatement l'écran blanc, la pomme et la barre de progression à peu près dans l'état où elle était quand la mise à jour traînait en longueur. Peu de temps après, l'écran s'assombrit puis affiche le fonds d'écran, les fenêtres, les icônes, les menus... Comme j'ai quand même un doute (et si, avec mon redémarrage, la mise à jour avait été avortée et si j'étais encore sous Sierra ?), je vérifie et je suis bien sous 10.13.1.

En fait une mise à jour très très longue, mais en contrepartie sans incident puisque je n'ai pas subi le désagrément qui perturbe certaines de mes mises à jour, à savoir le blocage de port USB, avec le Mac qui ne voit pas certains disques, qui cherche un clavier Bluetooth, qui ignore ma souris... Mais pas cette fois. Et, au point ou j'en suis de la nuit qui est déjà bien entamée, je me lance dans la mise à jour 10.13.2 dans la foulée. Un peu longue aussi, cette mise à jour, mais moins stressante.

Je suis donc en 10.3.2 sans bobo. Le seul incident est que certaines applications ne se sont pas ouvertes au démarrage (ça devrait se régler au prochain démarrage) et, surtout, que l'appli Awaken qui est chargée de me réveiller le matin n'a pas eu accès aux chansons protégées de ma bibliothèque iTunes, parce que le Mac n'était plus autorisé. Il m'a été proposé de régler ça, avec mon mot de passe iCloud et un SMS contenant un code (l'identification à deux facteurs), et maintenant tout va bien.

En fait je n'avais pas ce souci iTunes avec toutes les mises à jour précédentes parce que, au premier redémarrage, depuis Yosemite ou Capitan, il y avait un moment incontournable de configuration sur un écran intermédiaire durant lequel je devais confirmer mon mot de passe iCloud avant d'être invité à utiliser mon Mac. Et, curieusement, je n'ai eu cette phase "montrer patte blanche" ni après avoir installé la 10.13.1 ni après avoir mis à jour en 10.13.2. Ce qui n'est pas plus mal parce que ça rajoutait de la lenteur mais, au moins, je ne me faisais pas surprendre avec un réveil qui n'a pas eu l'accès aux chansons protégées.

Voilà. J'ai surtout raconté cette anecdote pour décrire un peu ses différentes étapes (longueur, accès iCloud et autorisations). Bien entendu, je ne recommande pas de faire ce que j'ai fait, à savoir forcer l'extinction pendant l'installation de la mise à jour. Mais, après avoir hésité presque deux heures, j'étais tellement convaincu que ça n'allait plus bouger que je me disais qu'il fallait absolument que je fasse quelque chose. Et je ne garantis pas qu'à chaque fois qu'on tente cette action désespérées (extinction forcée puis démarrage), la mise à jour se poursuive depuis là où elle avait été interrompue.

Sinon High Sierra c'est bien, a priori. Il faudra que j'explore, je sais qu'il y a de grosses avancées dans Photos, et le Mac me semble aussi réactif, sinon un petit peu plus.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Samedi 16 décembre 2017



23:31

Je voulais absolument retrouver le nom de cette petite application plutôt bien faite qui permettait de composer des pages de portées ou de tablatures (ou les deux) afin de les exporter en PDF et de les imprimer. Et je l'ai retrouvé ce nom, il s'agit de Stave Jobs, et l'application elle-même traîne encore sur un coin de mon disque dur. Malheureusement sa dernière version date de 2004 et c'est foutu avec les versions actuelles de macOS, si j'en juge par le panneau d'interdiction qui masque l'icône. Mais je suis tombé sur une pépite, et même deux...

Avant ça, j'ai cherché un équivalent (car cette application était idéale pour imprimer des pages vierges personnalisées). Mais je n'ai pas trouvé. J'ai trouvé une app pas mal foutue pour écrire rapidement une tablature avec, au dessus, la portée correspondante qui affiche les notes au fur et à mesure qu'on note les cases, tout cela en respectant la valeur rythmique, et avec un manche de guitare qui permet de cliquer les notes afin de les entrer sur la tablature.

Astucieux, on peut même écouter le résultat, et ça s'appelle TablEdit. 50 €, ce n'est peut-être pas vraiment donné, mais ce n'est pas hors de prix non plus et il me semble que ça les vaut. Il y a un compagnon gratuit pour iOS, TEFview, qui permet de visualiser, d'imprimer et d'écouter les tablatures créées avec l'app Mac.

Mais ce n'est pas vraiment ça que je cherchais. Et, malheureusement, ce que je cherchais semblait très difficile à trouver... Jusqu'à ce que je tombe sur papiermusique.fr. Le site (français) paraît un poil vieillot au premier abord mais il faut absolument prendre le temps de consulter la Collection.

On y trouve en effet une flopée de PDF avec des portées, des partitions, en mode portrait ou en paysage (à l'italienne), certaines avec des éléments espacés, d'autres avec des regroupement où on visualise un instrument et un piano, des tablatures, etc. Pourquoi s'embêter à composer des pages vierges si un site propose gratuitement le téléchargement de PDF gratuits qui feront vraiment l'affaire dans de nombreux cas. Après, si on a un besoin vraiment spécifique non couvert par les 120 PDF proposés, on peut toujours se concocter ça dans Pages, sans trop de difficulté.

Commentez dans les Forums...
(Déjà 1 commentaire)

 
     
     
 

 Mercredi 13 décembre 2017



19:42

Recharger ou rafraîchir une page a toujours la réputation d'être une opération plutôt simple, mais en fait il n'en est rien. Je m'en suis rendu compte en modifiant la feuille de style du site. Si les modifications de contenu sont moins plombées qu'il y a quelques années par les caches des proxies du FAI, c'est sans doute surtout dû en fait que le contenu est essentiellement mis à jour en passant par MySQL qui se fout royalement des proxies, mais pas que puisque je viens de modifier du texte inclus dans le code HTML et une simple recharge de la page a suffi pour voir les modifications. Mais le plus lourd c'est la modification de la feuille de style CSS.

En effet, sous Safari, je dois constamment utiliser la fonction Vider les caches (dans le menu Développement, ou Option + Commande + E) pour constater l'effet de chaque modification du fichier CSS. Ce qui fait perdre des tas de trucs au passage, comme les favicons dans les signets et dans l'historique. J'ai cru pouvoir m'en tirer avec la commande Recharger la page depuis son origine (appuyez sur Option après avoir déroulé le menu Présentation, pour voir la commande Recharger la page se changer en Recharger la page depuis son origine, ce qui donnera aussi le raccourci Option + Commande + R à la place de Commande + R), mais le cache est resté plus fort que le rechargement depuis l'origine. Donc, avec Safari, il faut vider les caches pour ne pas recharger la page à l'infini (et fausser les statistiques des visites car, chez OVH, par exemple, Urchin ne permet pas d'exclure mon IP).

Ce qui est curieux c'est que Firefox, lui, n'a besoin que de la commande simple pour recharger la page "en dur", comme on disait dans le temps. Ainsi les modifications de la CSS, si réfractaires à s'afficher sous Safari, sont immédiatement visibles sous Firefox.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)

 
     
     
 

 Lundi 11 décembre 2017



19:15

Je suis quasiment sûr que vous pensez que chercher à la fois sur les noms de fichiers et sur le texte contenu est quelque chose de tellement évident qu'il n'est pas utile de s'y attarder. Et pourtant je vous assure que Spotlight met l'accent plutôt sur les noms de fichiers que sur leur contenu. Quand vous appelez Spotlight par Commande + Espace et cherchez sur une chaîne de texte, vous trouverez peut-être les documents cherchés, et peut-être pas, ou alors noyés dans d'autres documents. Via le champ de recherche des fenêtres ça peut être encore plus confus, à cause de tous les mails trouvés... Mais il y a un moyen...

Je sais que j'ai écrit quelque part "Le mastering de productions finalisées" et je veux trouver où. Dans le champ de recherche d'une fenêtre, je trouve si j'écris la chaîne complète mais je trouve 0 élément si je n'écris que "Le mastering de productions". Si je saisis encore, j'ai "Le mastering de productions fi" et, là, je trouve un paquet d'éléments (dont ceux que je cherche, mais ils sont noyés dans le nombre). Avec "Le mastering de productions finalisées" le nombre d'éléments trouvés est beaucoup plus restreint et je vais trouver sans peine les quelques documents Word et PDF (plusieurs copies) qui contiennent la chaîne cherchée.

Avec la fenêtre principale de Spotlight (Commande + Espace) le résultat est un peu moins confus (cette fois-ci). Mais je pense que Spotlight doit aussi étendre les résultats quand il ne trouve qu'une partie des mots de la chaîne, ou les mots répartis sur plusieurs phrases.

Mais il y a moyen de faire beaucoup mieux, et sur n'importe quelle recherche de contenu texte. Il suffit d'entourer la chaîne recherchée de guillemets, tout simplement. Spotlight va alors chercher tous les mots, et tous les mots ensemble, combinés dans une seule phrase. Et les résultats seront bien plus pertinents. Et la recherche "Le mastering de productions" qui, tout à l'heure, ne trouvait aucun élément, trouve précisément les fichiers que je cherche une fois que j'ai utilisé les guillemets. Donc une technique à utiliser sans modération.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




14:33

Avant iOS 11 les captures d'écran allaient systématiquement dans Photos, dans l'album Pellicule. Ce qui supposait d'aller dans Photos pour les éditer ou les partager. Pour récupérer une capture sur Mac, on ouvrait Photos sur Mac mais, en général, on passait plutôt par le mail. Avec iOS 11 apparaît un moyen plus direct pour partager.

Quand vous prenez une capture d'écran sous iOS 11, elle apparaîtra durant quelques secondes en vignette en bas à gauche de l'écran avant d'être stockée dans Pellicule.

Si vous touchez cette vignette, vous pourrez modifier la capture et la partager directement. Puis, quand vous toucherez "OK", vous pourrez soit vous en débarrasser soit l'enregistrer dans Pellicule.

Et c'est là qu'intervient la seconde nouveauté intéressante d'iOS 11. Que vous manipuliez votre capture depuis cet accès immédiat ou depuis Photos, le partage dispose maintenant de l'option Enregistrer dans Fichiers qui va vous permettre d'enregistrer la capture sur iCloud Drive et, depuis votre Mac, vous la trouverez dans le dossier iCloud Drive qui devrait se trouver dans la barre latérale de vos fenêtres du Finder.

Si l'image se trouve dans Pellicule, elle aura été nommée "IMG" suivi d'un nombre et aucun avertissement ne sera nécessaire lors du partage. Sinon, si c'est en accès immédiat après la capture, elle sera nommée "Image.png" et, chaque fois que vous procéderez ensuite à l'envoi d'une capture vers le même emplacement, vous serez averti de l'existence d'un fichier de même nom. Mais ce n'est pas un réel problème, il suffira de choisir Garder les deux si vous voulez être sûr de ne pas perdre l'image des partages précédents.

Bien entendu, on pouvait déjà faire la même chose avec Dropbox. Mais tout le monde n'utilise pas forcément ce mode de stockage partagé tandis qu'aujourd'hui on imagine mal un utilisateur de Mac sans compte iCloud, et encore moins s'il utilise un iPhone ou un iPad.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)




13:05

J'avais écrit un article sur la disparition des playlists dans l'application Podcasts sous iOS 11, et évoqué l'idée de passer par la configuration d'une station pour les remplacer au mieux. Mais ça suppose de modifier certaines habitudes pour ne pas avoir des épisodes en double.

Tout vient du fait que, quand les playlists étaient supportées sous iOS, il y avait un souci dès que deux épisodes portaient le même nom (par exemple il était fréquent, dans le podcast Le moment Meurice, d'avoir plusieurs épisodes nommés simplement Le moment Meurice), auquel cas un seul d'entre eux était conservé dans la playlist sous iOS, même si tous les fichiers d'épisodes étaient correctement synchronisés. Alors je renommais systématiquement ce type de podcasts, en ajoutant la date à leur nom, afin qu'ils figurent tous sur la playlist iOS.

Mais, avec l'utilisation des stations sous iOS 11, cette pratique peut poser un problème, et elle en pose notamment un avec les épisodes du podcast Le moment Meurice. En effet, dans la liste de la station figurent alors l'épisode renommé et l'épisode non renommé et non téléchargé mais qui sera lu quand même, ce qui signifie que vous écoutez des épisodes deux fois à la suite.

Une simple option de plus dans les réglages des stations aurait réglé ce problème : ne lire que les épisodes qui se trouvent physiquement sur l'appareil, donc ceux qu'on a téléchargé et synchronisé. Parce que, quand un épisode est lu une deuxième fois sur iOS, il n'est pas téléchargé, il est écouté en ligne. C'est d'ailleurs curieux car la station lit en ligne les épisodes qui n'ont pas un titre particulier.

Je ne renomme plus et ma station sur iPhone, par exemple, lira les épisodes stockés sur l'appareil quand ils n'ont pas un nom générique (pour rester sur Guillaume Meurice, par exemple un épisode nommé dès le départ "Au salon Be Happy") et d'autres en connexion (ceux qui sont nommés "Le moment Meurice") en ignorant le fait qu'ils soient déjà stockés sur l'iPhone. C'est curieux et ça bouffe de la connexion pour rien.

En tout cas ça fonctionne, et sans doublons. Je trouvais plus logique la méthode des playlists (que nous connaissions depuis le début), même s'il fallait renommer (parce que, même si c'est parfois un peu fastidieux, ç reste logique).

Mais je commence à m'interroger sur l'intérêt de synchroniser les podcasts, parce que la station sous iOS peut très bien gérer tous les épisodes souhaités sans qu'aucun ne soit stocké sur l'appareil. Vous m'objecterez peut-être que ça boufferait encore plus de connexion. Oui mais, de toute façon, la proportion d'épisodes nommés de façon générique varie constamment et on ne peut jamais affirmer pouvoir maintenir une proportion raisonnable d'épisodes lus hors connexion. Dans mes abonnements, par exemple, les épisodes au titre génériques sont fortement majoritaires certaines semaines.

Commentez dans les Forums...
(Pas encore de commentaires)